Aller au menu de navigation principale Aller au menu de navigation secondaire Aller au moteur de recherche Aller au fil d'Ariane Aller au contenu Aller au pied de la page
Vous êtes ici : Accueil » Vivre à Odomez » Notre Histoire » 1125-1240: L'époque des abbayes

1125-1240: L'époque des abbayes

1 -Les bénédictins et les prémontrés

Abbaye de Vicoigne 1645
Maison forestière de Souchemont (sur le fronton les armoiries papales)

Tous les livres d'histoire s'accordent à dire que les bénédictins ont défriché la France. Partis du Mont Cassin en Italie, ils se répandent très vite à travers l'ancienne gaule romaine.
Un disciple de Saint Martin de Tours s'installe prés de la Scarpe et de l'Elnon, son affluent, pour y fonder un monastère qui prit son nom: Saint Amand.
Leur influence se traduit matériellement pour nous dans le tracé des routes. La rocade nord-sud qui partait de Fresnes va s'infléchir à Odomez pour traverser Notre Dame par une grande courbe pour rejoindre Saint Amand. Cette route va devenir la principale, et l'ancienne chaussée abandonnée.
D'autres moines, les bénédictins ou moines blancs, vont s'installer dans notre région. 
A l'étroit dans leur monastère dans l'Aisne, ils construisent celui de Vicoigne en 1125, qui a son tour essaime en une nouvelle abbaye prés du château fort de Mortagne (d'où le nom du village qui se développa autour: Château l'Abbaye).
Les moines blancs sont moins renfermés que les bénédictins, ils fondent des églises locales et s'en occupent. Un moine est détaché à Bruille, un autre à Notre Dame au Bois, un autre à la Chapelle Saint Jacques .
Les moines de Chateau et de Vicoigne se rencontrent volontiers en un prieuré à Suchemont (aujourd'hui maison forestière) qui a conservé sur sa façade les armes de Vicoigne: un sanglier et deux glands.
La révolution a détruit la plupart de ces ouvrages.

2 -La Chapelle Notre Dame au Bois

L"histoire

L'histoire dit, qu'au retour d'une promenade, vers 1240, le moine Evrard s'endormit au pied d'un chêne, près du ruisseau  la Seuve où se trouvait une statue de la Vierge appelée : NOTRE DAME AU BOIS. 
Un grand bruit le réveille! Il voit la Vierge Marie qui lui dit :
"Evrard, mon fils, prends garde, ce lieu, que tu habites, où, tu dors, est Saint".
Elle lui ajoute l'ordre de construire un sanctuaire à son culte et à sa gloire. Le moine s'attaqua à cette construction. La chapelle est consacrée par l'évêque d'Arras en 1243.
A cette époque, Condé est presque totalement détruit par le feu. Seule, une statue de la Sainte Vierge échappa aux flammes. Elle fut apportée à la Chapelle de Notre Dame au Bois.

La chapelle Notre Dame au Bois

La chapelle

La chapelle est l'un des plus vieux édifices religieux du Nord de la France.

  • Ses murs, construits en grès, ont, partout, près d'un mètre d'épaisseur.
  • Ses dimensions sont importantes de l'intérieur : la longueur est de 19 m, la largeur de 6,60 m dans la nef, et, 5,50 m pour le choeur.
  • A l'origine, légèrement en retrait, les murs étaient creusés de fenêtres très, équilibrées : 3 de chaque côté du choeur, 3 sur la gauche, et 3 sur le devant.
  • Sur la droite, le presbytère et la sacristie étaient accolés
  • A l'origine, elle avait une charpente visible. Tout fut remplacé par un plafonnage, style Louis XV.

A la Révolution dédiée à l'Etat, elle devient grenier à foin.La chapelle fut rachetée au Directoire, et rendue au Culte.
En 1945, les amis de Notre Dame de Malaise réunirent les fonds nécessaires, un bon million de francs, pour la remettre à neuf. Pour la petite histoire, ces travaux furent confiés à une entreprise d'Odomez.

 

Statue Notre Dame de Malaise

La statue Notre Dame de Malaise

La statue de style romain représente une Vierge assise sur un tronc, l'enfant Jésus assis le genou gauche,
Elle est faite d'un bloc de chêne du pays. Elle mesure près d'un mètre de hauteur.
D'où vient ce nom : Notre Dame de Malaise ? Un des plus vieux dictionnaire connu, celui de Richelet en 1680, donne la définition suivante : Malaise - cachot étroit et bas, où l'on  peut tenir debout ou couché qu'avec peine. Au 13ème siècle, le condamné était jeté dans cette cellule étroite. Sa bonne conduite pouvait le conduire à se dégourdir les jambes dans les corridors.Notre Dame de Malaise aurait été le seul réconfort pour que ces détenus conservent la volonté de survivre. Il ne fait aucun doute que ces 2 sortes de cachots ont existé à Vieux-Condé, Condé, Mortagne ou Tournai.
D'où vient cette statue ? Notre Dame de Malaise a-t'elle été faite pour immortaliser la souffrance de tels prisonniers ? Où a-t'elle été réalisée par un prisonnier, délivré de cet horrible cachot?. A ce jour, le mystère reste entier, et nul ne possède la vérité .
 Texte d'après  Abbé G Coustenoble